Mon animalerie

L’étrier : un outil pilier pour l’équitation

Mon animalerie » Chevaux » L’étrier : un outil pilier pour l’équitation

L’homme a essayé une quantité incalculable de discipline au cours des années. Cependant, il en existe une qui n’a pas perdu sa réputation durant tout ce temps. Les raisons qui justifient cela sont multiples. Quelle peut bien être cette discipline? Il s’agit de l’équitation. Tellement de gens en sont passionnés qu’ils peuvent longuement en parler. Mais qu’en est-il de l’outil capital permettant de pratiquer cette discipline? Que sait-on de cet accessoire en réalité ?

Que faut-il savoir sur l’étrier?

Les étriers sont les deux anneaux métalliques accrochés à la selle du cavalier. Ce dernier est censé prendre appui sur l’un d’entre eux pour monter le cheval. Ensuite place son second pied dans l’autre étrier pour éviter une chute accidentelle. Il en existe de plusieurs catégories et différentes sortes.

Mais pour une raison quelconque, certaines personnes recommandent les étriers rid up pour pouvoir rester stable sur le cheval. Par ailleurs certains parents s’efforcent même d’amener leurs enfants à y prendre part.

Pourquoi ? Parce que l’équitation inculque bons nombres de qualités aux apprenants. Mais les plus utiles sont la rigueur, la confiance et la maîtrise de soi (surtout les peurs) et enfin le sens des responsabilités. Pour en revenir à l’étrier, quelles sont ses véritables utilités?

Quelle est l’utilité d’un étrier?

C’est donc clair que sans les étriers c’est peine perdu pour celui qui désire apprendre à maîtriser l’équitation. Mais en quoi sont-ils réellement nécessaires? A la base c’est pour éviter au cavalier de tomber. Ils jouent ainsi un rôle sécuritaire. Un fois sur le cheval, les étriers permettent la stabilité de l’apprenant quand il est en mouvement. En voyant les professionnels en action, on pourrait dire qu’ils sont en parfaite symbiose avec l’animal. C’est-à-dire que les deux sont en équilibre absolu et ce malgré l’étrier utilisé. En réalité, on trouve deux catégories de l’accessoire en question : les classiques et les modernes. Chaque catégorie en comprend quatre formes. Comme on peut l’imaginer, chacune de ses formes à sa caractéristique spécifique.

Apprenez en plus sur le rôle des étriers

Quels sont les types d’étriers que l’on retrouve?

Dans la catégorie des étriers modernes, on distingue les droits, les compensés, les articulés et ceux de sécurité. En ce qui concerne, les étriers droits sont les plus vendus. Avec deux branches asymétriques, ils sont plus pratiques pour les débutants. Quant aux compensées, ses branches sont un peu différentes des précédents. L’une est plus grande que l’autre et les deux sont beaucoup plus rapprochés du cheval.

Les articulés offrent une mobilité assez large à son utilisateur. En cas de chute, celui-ci a la capacité de rapidement se dégager. La dernière forme est plus avancée que l’articulé. C’est-à-dire qu’à la place de la mobilité, ils s’ouvrent pour éviter au chevalier de se faire traîner.

La seconde catégorie est composée des étriers camarguais, le western, ceux à plancher large et enfin celui à l’œil perpendiculaire. Ceux-ci font partie de la vieille école. Bien qu’ils ne soient plus fréquemment utilisés, ils ne demeurent pas moins importants dans l’histoire.

Finalement, on en arrive à une évidence. L’étrier est l’outil pilier dans l’équitation. En dehors du rôle essentiel qu’il joue, il permet à son utilisateur de se sentir complètement protégé dans son exercice.

L’étrier : un outil pilier pour l’équitation
Retour en haut